Gras

Régime

Je fais un régime, histoire d’être sortable, parce que c’est pas tout de ne plus avoir d’amis, il faut aussi savoir s’en refaire, car il n’est pas bon pour la santé de ne pas avoir d’amis. Il y a même un biologiste (John Medina, pour le pas le citer) qui, en mesurant le bonheur, en a tiré la conclusion qu’avoir de bonnes relations sociales était le facteur le plus important pour être heureux. La solitude et le chômage, statistiquement, causent des dommages à la sécurité sociale. Emmanuel Macron ne voudrait pas de vous malade, inutile et coûteux : soyez en bonne santé, ayez des amis, ou de la famille, avec qui vous entretenez de bonnes relations. Pourtant j’en viens, moi, à étaler sur internet, anonymement, mes états d’âme, c’est une manière grossière de tromper un état de solitude, totalement assumée. Surtout que niveau travail, ce n’est pas la joie non plus, c’est pas qu’on en manque, de boulot, en France, d’ailleurs le taux de chômage est au plus bas, disent les journaux, non, c’est surtout que je n’ai pas envie. Et donc, puisque je ne travaille pas, et que je ne bois plus, et que je mange sainement, qu’est ce qu’il reste ? L’ennui. Un profond, terrible, délicieux ennui. Un luxe effarant, qu’on peut se permettre lorsque tous nos autres besoins sont satisfaits. C’est mon cas : j’ai de quoi manger, un toit, une amoureuse, de quoi manger au restaurant de temps en temps. Deux enfants merveilleux et une carrière talentueuse derrière moi. J’ai de la bouteille, dompté mes névroses, appris à ne plus redouter l’avenir, ni même la mort. Je dors sur mes deux oreilles la nuit. Alors maintenant, pour passer le temps, je pourrais me mettre au rap. J’ai dans cette idée écouté toute la discographie de Booba, et j’en ai retenu une seule chose : pour être bon, il faut se la péter, se la péter sans relâche. Et pour ça, je trouve que je ne m’y prends pas trop mal, non ?